Carnet

Pauline Oustric ApresJ20
Vue 238 fois
03 juin 2021
Pauline OUSTRIC Ingénieur AgroParisTech (2013)

Portrait - De la recherche en comportement alimentaire à l'association #ApresJ20

D’AgroParisTech au comportement alimentaire

Pauline Oustric (APT 13), obtient son diplôme en 2016 avec une spécialisation en sciences et technologies de la biologie, la nutrition et l’alimentation humaines. « Passionnée par le lien entre alimentation et santé, j’ai établi mon parcours autour de l’étude du comportement alimentaire ». (source)

Après du conseil en santé et deux stages de recherche en comportement alimentaire dans le public et le privé, elle décide en 2017 d’effectuer sa thèse sur le comportement alimentaire et l’obésité dans le laboratoire de psychobiologie de l’université de Leeds. Pauline s’engage dans la biopsychologie des récompenses alimentaires avec un objectif : cibler le plaisir et la motivation à manger pour améliorer la gestion du poids. « Pourquoi mange-t-on ? » questionne Pauline dans sa présentation de thèse en 3 minutes.

 

Une thèse : désir, plaisir de manger et obésité

« Nous ne mangeons pas uniquement par nécessité ; comprendre et moduler ce qui nous pousse à manger (préférences et motivations) pourraient permettre d’améliorer la gestion du poids. L’originalité de ma thèse est d’explorer le rôle de ces récompenses alimentaires en lien avec le contrôle de l’appétit et l’obésité. »

En janvier 2020, Pauline a reçu un financement de UKRI (UK research and innovation) pour développer une application en ligne de son outil de thèse qui mesure plaisir et désir de manger. L’intérêt de cet outil est d’avoir une mesure psychométrique du préférences alimentaires mais aussi de la motivation plus implicite de manger. Elle a évalué l’impact de cet outil au-delà du domaine de la recherche (utilisation par l’armée pour la ration des soldats, par des nutritionnistes pour conseiller leurs patients…) dans le but d’améliorer le comportement alimentaire.

 

Un nouveau projet : l'association #AprèsJ20

Affectée par le covid en mars 2020, Pauline ne guérit pas et est rapatriée en France. Elle développe ce qu’on appelle un « covid long »  : persistances de symptômes multi systémiques, fluctuants et prolongés au-delà de 4 semaines. En octobre 2020,  Pauline cofonde l’association #ApresJ20 Covid Long France pour développer un réseau entre chercheurs, médecins, et malades afin d’améliorer la prise en charge des victimes malades souffrant de symptômes prolongés du covid-19.

Le 21 août 2020, Pauline représente les patients européens Covid Long à l'OMS, exprimant les besoins devenus les objectifs de l’association : reconnaissance, communication, soins, recherche.

Un conseil scientifique est instauré, l’association est reçue par le ministre de la Santé à l'Assemblée Nationale et participe aux travaux de recherche sur le Covid Long de la HAS, des ARS et des comités scientifiques de l'ANRS MIE.

 

Un appel à l'aide adressé aux Agros

Pauline en appelle à la solidarité des Agros pour un appel aux dons dès le 03 juin.

L’argent récolté servira à financer la recherche sur la physiopathologie du Covid Long : « En effet, il n'y a toujours pas de traitements du covid long par faute de compréhension de ses causes et il est donc urgent d’aider les recherches à débuter.. ».

Actuellement, le Covid Long concerne plus de 20% des patients ayant eu le Covid (source) et ses symptômes invalidants compromettent la santé et la vie professionnelle des personnes atteintes (source).

À ce jour, l’association #ApresJ20 est reconnue d'intérêt général , ce qui ouvre droit à une réduction d'impôt de 66% pour un montant total de dons plafonné à 20% du revenu imposable



Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

Proposer une annonce